L'impressionnante triennale du Palais de TokyoDepuis le 20 avril et après plus de 6 mois de travaux, le Palais de Tokyo a réouvert ses portes. Jusqu’au 26 août s’y tient la 3ème édition de La Triennale d’art contemporain appelée « Intense Proximité« .

Cette triennale occupe également sept lieux associés situés dans Paris et sa proche banlieue : Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, le Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac, Galliera – musée de la Mode de la Ville de Paris, le Grand Palais, les Instants Chavirés, les Laboratoires d’Aubervilliers et le Musée du Louvre.

Le Palais de Tokyo et ces sept structures en étroite collaboration forment un espace d’échange et de débat unique en son genre, qui permet à la Triennale de mieux repenser, à travers le concept d’ « Intense Proximité », ce que signifie créer dans le contexte actuel d’une scène artistique française mondialisée et diversifiée. Après plus de six mois de travaux, le Palais de Tokyo devient l’un des plus grands sites dédiés à la création contemporaine en Europe, sa superficie passant de 8 000 m2 à 22 000 m2. Après les deux éditions de La Force de l’Art au Grand Palais, en 2006 et 2009, La Triennale nouvelle manière sera l’un des grands rendez-vous artistiques de l’année 2012.

Le Palais de Tokyo est passé de 8 000 à 22 000 m2 pour devenir le plus grand centre d’art contemporain d’Europe. Les architectes Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, qui avaient conçu la première réhabilitation de l’édifice à la fin des années 1990, ont restauré l’ancienne diffusion lumineuse, réinventé la verticalité du lieu et rendu le plus souple possible l’usage.

L'impressionnante triennale du Palais de TokyoS’appuyant sur les grandes figures de l’ethnologie, tel Lévi-Strauss, l’exposition, intitulée Intense Proximité, explore le thème de l’autre, de l’étranger, de l’inconnu, ainsi que tous ses corollaires, de la curiosité à la violence. Un sujet qui, à l’ère de la mondialisation et du repli identitaire, possède une vraie légitimité. Mais la sélection des oeuvres est si vaste que le propos se dilue et le visiteur perd le fil. Beaucoup d’oeuvres restent toutefois imprimées dans la mémoire, des aquarelles du Camerounais Barthélémy Toguo aux images vidéo du Franco-Algérien Adel Abdessemed. Quelles que soient les faiblesses de cette manifestation, il faut aller la voir. Elle montre que les artistes sont interpellés par les maux de l’époque. Par contre, il faut prévoir quelques heures si vous voulez tout voir : l’espace et le nombre d’oeuvres étant importants, on ne fait pas tout en une heure. On vous aura prévenu…

Manifestation ouverte au public du 20 avril au 26 août 2012.

Palais de Tokyo
13 avenue du Président Wilson – 75116 Paris.

Ouverture tous les jours sauf le mardi de midi à minuit.

Autres informations (lieux, expositions, artistes, etc) : http://www.latriennale.org/