Joana Vasconcelos, la pionnièreComme chaque année, le Château de Versailles crée l’évènement en invitant un artiste contemporain  à exposer leurs oeuvres à l’intérieur du monument historique. Fait symbolique, cette année c’est l’artiste portugaise Joana Vasconcelos qui a été invitée. Mais qui est cette artiste ? Après Murakami, Koons, Veilhan…l’artiste est encore très peu connue du grand public, voici l’occasion de faire connaissance avec l’une des plus artistes les plus intéressantes de ce début de XXIème siècle.

Née à Paris en 1971, Joana Vasconcelos est considérée comme la jeune artiste portugaise la plus marquante de sa génération. Elle fut révélée lors de sa sélection à la Biennale de Venise en 2005. Parmi ces premières œuvres, Joana compte des céramiques emballées dans une dentelle au crochet qui font référence à des formes traditionnelles de la céramique portugaise, un cœur rouge fait de couverts en plastiques fondus et la célèbre installation intitulé Contaminaçao.

Contaminaçao Même si elle n »en a pas l’air, Joana Vasconcelos n’est pas une nouvelle venue de la petite Planète Art. En peu de temps, cette nature venue du «Pays où le noir est couleur» s’est conquis un nom. Les pros de l’art contemporain ont vu sa Contaminaçao de tentacules cousues main, en crochet, tissus, masques, perles et autres fanfreluches à la Fondation Gulbenkian à Paris puis au Palazzo Grassi , l’an dernier, lors de la Biennale de Venise.

L’artiste réinterprète constamment des traditions et arts populaires, parce que ces réactualisations subtiles et poétiques témoignent d’une grande intelligence et d’une belle modernité. Vasconcelos est une également engagée, ainsi avec son grand lustre fait de tampons hygiéniques, elle a voulu provoquer les réactions des hommes. L’objet bassement matériel disparaît totalement derrière le résultat final. Et la dimension du travail, l’ampleur de la démarche, l’extrait totalement du domaine de l’artisanat pour faire entrer l’artiste par la petite porte dans la cour des Grands.

Mais à Versailles, comment faire vivre cet art si expressif et personnel dans ce décor si majestueux ? Le Salon de la Paix aura son Coeur Indépendant Rouge, le Salon de la Guerre son Coeur Indépendant Noir… mais silencieux, sans le Fado qui suit sa révolution dans l’espace et lui donne sa vertu ensorceleuse, public classique des monuments nationaux oblige. Après tous les beaux discours, le débat sur la présence contemporaine au Château risque de repartir de plus belle…

Sans dévoiler le clou de son projet – celui de la Chambre de la Reine, forcément, une Perruque en acajou et cheveux blonds, Mary Poppins, sorte de chimère en tricot et crochet faits à la main, accueillera le visiteur dès l’escalier de tous ses pompons, galons, boutons, et autres clins d’oeil aux valeurs dites féminines. Référence au glamour de Hollywood, à l’Eternel féminin et aux souliers rouges de Dorothée dans Le Magicien d’Oz, Marilyn, paire d’escarpins géants tout en casseroles et couvercles d’inox étincelant, trônera au coeur de la Galerie des Glaces.

Pour la première fois, la Galerie des Batailles aux 35 grandes peintures historiques abritera de l’art contemporain. Soit des Valkyrie suspendues comme des Martiennes, dont la texture ira du plus noble (soie et or) au plus rustique. Pour l’Escalier de la Reine, Joana conçu une tapisserie bien à sa manière. Exécutée dans la tradition des tapisseries polychromes à Portalegre, elle a été baptisée Vitrail. Puis, Le Dauphin et La Dauphine, deux énormes langoustes en céramique, placées dans l’Antichambre du Grand Couvert. Une exposition vaste qui ne manque pas d’intérêt.

Joana Vasconcelos est vraiment une artiste à part qui donne envie de la découvrir au Château de Versailles !

Joana Vasconcelos Versailles

Joana Vasconcelos Versailles

Joana Vasconcelos Versailles

Site de l’artiste :http://www.joanavasconcelos.com/