Lionel Aknine nous présente les coulisses du métier d’attaché de presse ! Un one-man-show, bourré de rires et de souvenirs.

Lionel était comédien avant de tomber dans les méandres du milieu de la musique, qui l’amène à travailler avec des stars internationales et françaises.
C’est à 50 ans qu’il décide de remonter sur scène, et quoi de mieux que de raconter avec humour et ironie ce qui fait son quotidien pendant près de 20 ans. Des anecdotes avec les artistes, journalistes, managers, producteurs,… il n’en manque pas !
Auteur et seul interprète du spectacle, Lionel Aknine décrit avec brio tous ses personnages, aussi cocasses les uns que les autres (Un Lou Reed qui refuse les interviews, les De La Soul, groupe de rap, qui fument sans arrêt et font trois têtes de plus que lui, une Bonnie Tyler qui lui fait porter son sac à main…). Et bien sûr, il joue son propre rôle : celui d’un attaché de presse qui débarque dans le métier un peu par hasard, et par nécessité. Mais au fil du temps, il se surprend à apprécier ce métier malgré toutes les galères rencontrées. Un attaché de presse selon Lionel Aknine ? Il est toujours au téléphone. Essaye de satisfaire les besoins et envies de ceux qui l’entourent. Court dans tous les sens. Survend ses artistes (sans en être remercié !) et bien sûr s’adapte à ces derniers (« Tu bosses avec les jazzman, tu deviens intelligent ! Tu bosses avec des rasta, tu fumes des joints ! »). Être attaché de presse, c’est aussi être psy, à ses heures perdues…

Lionel Aknine est une vraie pile électrique sur scène, et certaines situations sont hilarantes. Il est arrivé à réunir ses deux univers, le théâtre et le métier d’attaché de presse, pour en faire une comédie jubilatoire et légère !
Si vous connaissez bien ce milieu, vous vous reconnaîtrez sûrement dans certaines situations. Sinon, allez découvrir l’univers du show-business !

Tous les vendredis et samedis à 21h30 aux Feux de la Rampe, jusqu’au 28 mars 2015 !


Chris Esquerre est au Grand Point-Virgule à Paris

Vous connaissez Chris Esquerre, le trublion du Grand Journal ? Découvrez-le sur scène dans un one man show étonnant tous les dimanches à 18h au Grand Point Vigule à Paris.

Pourquoi se laisser faire la leçon pendant une heure par un insensé qui soutient qu’il faut donner des claques préventives aux enfants dès le réveil pour anticiper leurs bêtises de la journée. Avec un aplomb déconcertant, il assène ses vérités grotesques, et dit tout haut ce que personne n’a jamais pensé ! Un drôle de ton pour un drôle de spectacle, un humoriste mystérieux qui sait jouer avec son air strict. Portrait.

Chris Esquerre est né au milieu des années 70. Après des études d’économie et de commerce, il entre en 1998 chez Andersen Consulting. Puis de 1999 à 2002 il est Consultant au Humour Consulting Group. En 2003 il débute sa carrière artistique à la radio, notamment travaillant successivement pour France Bleu, RFI, puis Radio Nova. La même année, Thierry Ardisson lui laisse faire la dernière séquence de « Tout le Monde en Parle » sur France 2. Par la suite il se fait connaître sur M6 par ses chroniques pour le programme de télé réalité « Les Colocataires », puis au « Morning Café » avec la séquence « Le Zapping de Chris ». En 2005 et 2006, il tourne une série de publicités décalées pour Eurostar. Depuis 2007 il travaille pour Canal + comme chroniqueur ou animateur. En 2010 il donne son premier spectacle au Festival d’Avignon. Suivront des participations à différentes émissions, notamment dans « Je hais les dimanches » d’Alexandra Sublet programmée sur France Inter tous les dimanches. En juillet 2011, il joue son one-man-show au Théâtre Le Lucernaire, à Paris puis se  produit au Point Virgule, jusqu’en juin 2012.

Une trajectoire unique qui a conduit ce prodige de l’analyse et du décalage à devenir incontournable. Donc il ne vous reste plus qu’une chose à faire pour occuper vos prochains dimanches d’hiver : courrez voir ce spectacle ! Un spectacle qui fait du bien !

fast essay writing service

765qwerty765
Paul Séré est à l'Européen !

Paul Séré est à l'Européen ! 30 October 2012 par anthony dans Humour

div style= »text-align: justify; »>Paul Séré est à l'Européen ! Découvrez Paul Séré qui présente un one man show excellent depuis le 3 octobre à la salle de l’Européen à Paris. Mais ne vous inquiétez pas, voici les prochaines dates de l’humoriste : les mercredis 31 octobre 2012 à 20h30 et 7,14 et 21 novembre 2012 à 20h30.

Paul Séré fête ses 30 ans ! Un vrai choc pour lui ! Il s’interroge, avec dérision, sur ce cap à franchir ! Plus tout à fait jeune mais pas encore vieux, Paul fait le point, avec beaucoup d’humour, sur ce qu’il laisse derrière lui (souvenirs d’enfance, les super-héros, les copines …), autant que sur ce qui l’attend ( mariage, paternité, …). Dans ce spectacle où les vannes s’enchaînent subtilement , Paul Séré revisite la crise de la trentaine. Du téléphone fixe à cadran à la drague par texto, du walkman à cassette à Obama, des consoles ATARI au cinéma 3D, Paul Séré se fait l’écho d’une génération qui a grandi trop vite dans un monde qui s’est transformé encore plus vite ! Paul Séré comme vous ne l’avez jamais vu. C’est normal : à l’époque, il n’avait pas encore 30 ans !Allez vite voir ce spectacle : pour plus d’informations rendez-vous sur le site : www.paulsere.fr !

zp8497586rq
Gaspard Proust, le nouveau Desproges

Gaspard Proust, le nouveau Desproges 22 October 2012 par anthony dans Humour

Gaspard Proust, le nouveau Desproges

Acteur dans « L’amour dure 3 ans« , chroniqueur dans l’émission de Thierry Ardisson, Prix Raymond Devos de l’humour : Gaspard Proust est apprécié. Cynique et désabusé : son style plait, mais qui est ce trentenaire suisse mystérieux ?

Gaspard Proust est un comédien et humoriste slovéno-suisse né en Yougoslavie. Petit-fils d’une rescapée de Ravensbrück et d’un enrolé de force dans l’armée allemande, il nait et grandit en Slovénie avant de s’installer, à cause du travail de son père, en Algérie où il vit 12 ans. En 1994, à la suite des attentats qui secouent Alger, il quitte le pays en direction d’Aix-en-Provence où il finit sa terminale C dans une institution catholique. Il est ensuite diplômé de HEC Lausanne et devient gestionnaire de fortunes en 2000. L’humoriste dit s’y être ennuyé. Il démissionne et s’installe dans les Alpes à Chamonix pour se faire plaisir et s’adonner à l’alpinisme. Il se met ensuite à l’écriture de textes humoristiques et débute sur scène en Suisse puis à Paris.

Il adopte alors son nom de scène Proust qui déforme à peine son nom de naissance. En février 2007, il joue un spectacle intitulé Sous-développé affectif. La même année, il reçoit le prix du jury du Marathon du rire de Paris, le prix du Public et le prix SACD du Festival Top In Humour. Puis l’année suivante, il obtient le prix du jury du festival d’humour de Rocquencourt et du festival du rire de Villeneuve-sur-Lot. Il obtient également le premier prix du festival juste pour rire de Nantes, et le prix « Paris fait sa comédie ». Le patron du Caveau de la République lui ouvre une première porte et Laurent Ruquier le remarque et décide de le produire.

En 2010, il remporte le Prix Raymond-Devos du Festival de Morges-sous-Rire pour son spectacle Enfin sur scène ? Depuis 2010, il participe de temps en temps à l’émission de Laurent RuquierOn va s’gêner sur Europe 1. Il tient une chronique hebdomadaire sur LePoint.fr : « L’espace délation de Gaspard Proust ». En septembre 2012, il remplace Stéphane Guillon dans l’émission Salut les terriens, le talk-show de Thierry Ardisson. Le style de Proust est un humour cynique, froid, noir, dur et désabusé. Il est souvent comparé à Pierre Desproges. Un beau compliment, non ? Pour vous faire votre propre avis, découvrez un extrait de son dernier spectacle.

Un nouveau film pour Quentin Dupieux (Mr Oizo) Après « Steak » et « Rubber », Quentin Dupieux alias Mr. Oizo va sortir son prochain film sobrement appelé « Wrong ».

Artiste atypique par excellence, Mr. Oizo complète la musique électronique française d’albums complétement barrés depuis une dizaine d’années. Avec des noms d’albums comme Stade 2 ou Stade 3, l’artiste réussit à délivrer une musique assez originale depuis son fameux single « Flat Beat » et sa célèbre marionnette jaune.

En 2007, Quentin Dupieux sort de l’anonymat et présente son film « Steak », avec Eric & Ramzy. Sorte d’apologie à la chirurgie esthétique et aux bandes de garçons des années 60’s. Ce film se fait assez discret mais devient un classique pour ceux qui ont ou n’ont justement pas saisi l’histoire. Complétement fou, le film met en scène une jeunesse lycéenne complétement débile dans un futur plus ou moins ancien, où les styles vestimentaires côtoient une musique épileptique. Derrière la caméra donc, on retrouve Quentin Dupieux qui se fera assez discret sur la promo du film.

En 2010, il remet ça, avec « Rubber » ou l’histoire d’un pneu Serial Killer qui tue tout le monde par une télépathie à faire pâlir les plus grands voyants. L’image est magnifique, la réalisation est béton et l’histoire est totalement barrée. C’est hilarant et complétement déboussolant.

Et maintenant, Quentin Dupieux recommence et nous présente « Wrong » pour une sortie prévue en septembre. Et pour le coup on commence à cerner le personnage : le scénario parle d’un homme qui est à la recherche de son chien et qui essaie de trouver un chamane qui sait parler aux chiens par télépathie…. Le scénario classique quoi ! En attendant la sortie de ce petit chef d’œuvre voici bande originale du film. Prometteur, non ?