Jenn Ayache, leader de Superbus, a sorti son premier album solo le 22 septembre !

Premier titre de l’album, les notes glissent et se faufilent au creux de mon nerf auditif. Mon petit cerveau s’active… « Et l’Amérique. Et l’américain. Le pacifique n’est pas si loin ». Tiens, mais je la connais celle-là ! Je me revois la chanter à tue-tête dans ma voiture cet été, sur la route des plages. Deuxième titre, « Acide ». Vous la connaissez sûrement aussi. Jenn Ayache a choisi de démarrer son album +001 par ses deux singles : « L’Américain » et « Acide ». Deux petites mises en bouche sorties respectivement en janvier et juin dernier avant la sortie de l’album prévue pour le 22 septembre.

Et justement cet album, je l’ai écouté pour vous. Pas de doute, on reconnaît bien la patte de miss Superbus. Jennifer Ayache produit pourtant là son premier album solo, sans pour autant abandonner son groupe pop rock dont elle est le leader. Au départ, un premier single intitulé « Si j’essaye » est sorti en décembre dernier. Mais celui-ci n’a pas eu le résultat escompté. Probablement car il s’éloignait un peu trop de l’univers musical de la demoiselle. Finalement cet extrait a été retiré de l’album et Jenn Ayache l’a retravaillé et a notamment intégré « Acide » à sa tracklist, qui n’apparaissait pas sur celle de départ.

Sur cet album, le style aérien et le timbre de voix de Jennifer se reconnaissent parfaitement. Mais elle signe là un album aux notes souvent plus électro et touche même au rap avec son titre « Jai voyagé » en duo avec Tito Prince, un rappeur français qui s’est notamment fait connaître avec son titre « Godson Power ». On se laisse facilement emporter au fil de ses chansons, qui nous provoque un léger hochement de tête (comme pour « Just in time ») ou même une véritable envie de remuer tout son corps au rythme de la musique (c’est le cas avec « Animal » qu’elle chante en duo avec Mat Bastard, le chanteur du groupe Skip the Use). Certains titres sont mêmes assez « noirs » comme « On S’connaît pas », un style rare de la part de Jenn Ayache. Le rythme est saccadé, la voix feutrée, on est comme dans une bulle où on ne se sent pas forcément très à l’aise. Mais le style très dynamique de Jennifer revient à la charge dès le titre suivant avec « Elle a balancé » où l’on retrouve son grain de folie et son énergie débordante. Jenn Ayache a aussi fait le choix de faire une reprise de « Diabolo Menthe » d’Yves Simon, une chanson française qui date (1978 !) mais que l’artiste a su reprendre à sa sauce avec succès.

Dans cet album, Jennifer Ayache s’essaye à plusieurs styles différents et s’en sort vraiment pas mal. Reste à voir si son public ne sera pas trop dérouté. Il ne faut en tout cas pas s’attendre à une pâle version de Superbus, mais bien à tout l’univers musical de Jenn Ayache. Dans les bacs depuis le 22 septembre.

Deux coups de cœur : Track 6 « Just in time » / Track 11 « Animal »