Jean-Charles de Castelbajac, l'audacieux stylisteIssu de l’école des beaux-arts et de l’Ecole supérieure des industries du vêtement, Jean-Charles de Castelbajac n’a que 21 ans quand il présente sa première collection en 1970. Deux ans plus tard, il ouvre sa première boutique, mais ce n’est qu’en 1978 que la société portant son nom voit officiellement le jour. Pour cet homme, véritable artistequi détourne les matières, l’univers de l’enfance a toujours été source de beaucoup d’inspiration. Entre couleurs acidulées, innocence et esprit ludique, les vêtements du couturier sont facilement identifiables.

Il est aussi à l’origine du vêtement ‘oeuvre d’art‘, faisant illustrer ses robes par des amis peintres. Très vite, le cinéma et le théâtre font appel à lui. Il habille aussi les génériques de chaînes de télévision et signe l’identité visuelle de nombreux événements. Parallèlement à cet univers de haute couture, il se lance dans des créations pour la maison, des accessoires et des parfums. Artiste reconnu à l’échelle internationale – le Victoria & Albert Museum de Londres lui a notamment consacré une rétrospective en 2006 – Jean-Charles de Castelbajac a su imposer son style ludique et inspiré, et mettre ainsi un peu de fantaisie dans notremonde de brutes…

Jean-Charles de Castelbajac, l'audacieux styliste

La musique tient un rôle important dans le travail de Jean-Charles de Castelbajac. Au fil du temps, il a développé de nombreuses collaborations avec des musiciens : Malcolm Mac Laren, Julien Civange, Kanye West, Liquid Architecture, Curry & Coco, Lady GaGa - pour qui il a créé une robe en cuir à l’occasion de son clip Telephone-  King Ju de Stupeflip - pour l’exposition Gallierock – , Jacnoou encore The Shoes et Woodkid récemment.

L’an 2000 marque l’apogée de la carrière du français : défilé happening dans le métro, présentation de ses modèles au sein de sa société, premier défilé Haute Couture, ouverture de concepts stores à Paris. Les succès s’enchainent et ne se ressemblent pas pour le couturier. En 2001, il reçoit le Prix du Design. En 2004, le groupe britannique Marchpole devient l’actionnaire majoritaire de la maison Jean-Charles de Castelbajac. Deux ans plus tard, le créateur exerce ses talents artistiques au-delà de la sphère de la mode, en créant des meubles pour la maison, des accessoires et des parfums.

Jean-Charles de Castelbajac, l'audacieux stylisteArtiste connu et reconnu à l’échelle internationale, le Victoria & Albert Museum de Londres  lui consacre une rétrospective en 2006. Consécration pour l’artiste, le musée de la mode de Paris lui offre carte blanche en 2007. Jean-Charles de Castelbajac imagine l’exposition Galleirock, un retour sur le style du créateur alliant mode, histoire, design, art et musique de façon ludique et imprévisible. Ses plus grands succès, du tee-shirt géant de Snoopy aux impers cartes postales, en passant par les ponchos gonflables et les robots portraits sont présentés. Une belle consécration pour le « King of Pop », qui quarante ans après ses débuts continue à surprendre. Pour le printemps-été 2009, De Castelbajac» a une nouvelle fois fait très fort, en faisant défiler des robes et combinaisons ornées de nuages, des robes et tee-shirts à l’effigie de Mickey, des pantalon à pois ou des chapeaux en Lego. Robes à l’effigie d’Obama, défilés dans une église, JCDC continue de surprendre avec talent et élégance : une valeur sûre de la mode parisienne qui devrait continuer à surprendre !