Christine, l'électro top

De ce prénom sans doute tiré d’un film deJohn Carpenter, les Rouennais Aeon Seven et Kunst Throw ont déjà fait un nom. Une grosse année aura suffi à ces nouveaux espoirs de la scène électro hexagonale – voire plus si affinités… – pour faire leurs preuves dans des festivals de renom (Printemps de Bourges, Trans Musicales de Rennes…), où les cousins normands du son Ed Bangern’aiment rien tant qu’asséner leurs rythmiques implacables, habillés de cordes dangereuses et agrémentés de montées étourdissantes, plus imprévisibles que leur homonyme mécanique au cinéma.

La motorisation est surpuissante et sur scène, bien installés aux commandes entre les deux phares avant, ils écrasent la pédale des basses lourdes et grasses, saturent les rapports et font crisser les aigus pour le bonheur des fans. Un vrai bonheur ! L’électro française a une pépinière de talents et Christine en fait partie : à quand l’éclosion ?