Le groupe mené par Yannis Philippakis était à Paris vendredi 15 février 2013 pour un concert privé au Point Éphémère.

19h30, contrairement à ce que la notoriété du groupe aurait pu laisser penser, le quai de Valmy ne déborde franchement pas d’enthousiasme. Communication en circuit fermé, un système d’invitations desservant les téméraires et annihilant les espoirs de marchandage, les fans hardcore de Foals ne sont manifestement pas nombreux à avoir fait le déplacement au Point Éphémère. Tout le monde semble plus affairé à débusquer les sources de chaleurs propices à boire un petit verre qu’à faire étalage de sa joie d’être présents ce soir. Bref, l’avant-Foals se révèle un p’tit peu beaucoup trop calme et il va falloir que la bande d’Oxford attaque son set pied aux effets s’ils veulent compter sur la participation immédiate de leur auditoire. D’autant que pour ajouter à l’absence d’ambiance, l’entrée, prévue à 20h, se fait au compte goutte. A mesure de trois personnes par tranches de 30 secondes, on est vraiment pas rendus…

Trente minutes, salle remplie à un tiers et toujours pas de fans à l’horizon. On discute plus qu’on ne se place, les abords de la scène sont délaissés au profit du bar; si ça continue comme ça, l’omniprésent photographe Robert Gil devrait limite pouvoir travailler sans nous faire chier au premier rang. Rare. 45 minutes. Check-up final des roadies. Personne ne bronche. Une heure….

Ça y est ! La salle est comble, les portes se referment, il ne manque plus que le groupe pour que cette soirée puisse, enfin, commencer. Les lumières s’éteignent à leur tour et… Un silence de cathédrale s’empare du Point Éphémère. On ne compte pas plus de trois “woohoos” avant que Foals n’apparaisse sur scène… C’est triste à mourir mais qu’importe, Yannis Philippakis et consorts ne semblent pas pour le moins du monde perturbés par l’accueil que nous leur réservons et entament illico leur set avec Prelude. Titre d’introduction imparable de leur dernier (excellent) album “Holy Fire”, Prelude n’est pas moins efficace en ouverture de live. Le public s’anime peu à peu… On se manifeste timidement… Quand tout à coup ! Break dans le titre ! Les distorsions sont lâchées ! Et la fosse bascule dans une douce euphorie comme prise d’une montée d’acide collective. Imparable qu’on vous dit.

Total Life Forever, Olympic Airways, Miami, Foals à beau faire la promotion d’un nouvel opus, quelques titres familiers ne sont jamais de trop quand il s’agit de faire réagir un public réservé. Et évidemment, ça fonctionne. On retrouve non sans plaisir les sonorités typiques du groupe; ces lignes de guitares saccadés et ces accords pincés ne laissent personne insensible. Ce public qui semblait si enclin à ne faire que regarder ne semble plus pouvoir réfréner son entrain. Le concert est bel et bien lancé.

Sûrement satisfait de son petit effet, Yannis Philippakis prend trop haut ses lyrics sur My Number. Une petite erreur aussitôt corrigée; seule fausse note de ce set pour le moins maîtrisé. C’est que Foals a pris en maturité et si on peut regretter la fureur juvénile qui les caractérisaient naguère sur scène, il faut avouer que ces rythmes plus disco rock, cette fraîcheur positive leur convient bien. Qu’il semble loin le temps où l’on ne pouvait pas affronter une fosse de Foals sans finir aux urgences. On se déhanche plutôt que de se dézinguer, on se sourit au lieu de se se foudroyer du regard, on s’amuse là où autrefois on ne faisait que lutter. Il n’y a pas à dire, ce nouveau visage leur va bien. La bonne humeur qui règne ce soir au Point Éphémère ne peut qu’en témoigner. On prend le temps de savourer l’entracte tout en douceur qu’offre Blue Blood… On se laisse aller… Un peu trop peut être. Yannis Phillippakis semble d’ailleurs en avoir conscience. Et plutôt que de nous entraîner un peu plus encore dans l’abandon d’une Late Night précoce, le bougre nous impose un éveil spirituel avec un petit Gospel dont seul Foals à le secret. Providence est ce soir plus que jamais providentielle.

Conscient que cette subtile entourloupe ne doit pas rester sans suite, Foals nous assène alors un Balloons rageur, dont Yannis Philippakis vient magnifier l’impact en délaissant son micro pour un solo ravageur pleine fosse. L’effet est fulgurant. Le laisser-aller devient lâcher prise et tout le monde pogotte frénétiquement autour du chanteur. Non content de nous régaler musicalement, le groupe gère les variations de tempo de son set à la perfection. Un coup de mou ? On emballe ! On s’emballe, Foals nous calme du planant Spanish Sahara pour mieux nous reprendre au vol au son du survolté Red Socks Pugie. Contraints et forcés, on subit avec délice cet ascenseur émotionnel musical, ravis de se retrouver ainsi à la merci des sautes d’humeur du groupe. Foals est parvenu à transformer radicalement la physionomie de la soirée et ce, avec un naturel des plus déconcertants. Tout simplement brillant.

Le rappel alors, n’est que simple formalité. Le délicat Moon y trouve une place propice, l’efficace Inhaler y est un appel au second souffle; un coup de boost nécessaire pour quiconque espérait tenir le rythme de Two Step Twice jusqu’à la fin. À savoir, à ce stade de la soirée, tout le monde. Et ça ne paraissait vraiment pas gagné. Chapeau.

 

Foals sera en concert le 23 mars au Transbordeur de Lyon, le 25 mars à l’Olympia, le 26 mars à l’Aéronef de Lille. Les cinq musiciens ne devraient pas manquer de festivals où jouer cet été mais ont déjà prévu, au cas où, un Zénith parisien pour le 12 novembre 2013.

p style= »text-align: justify; »>Créé en 2005, le Mobile Film Festival s’attache depuis 8 ans à découvrir, soutenir et accompagner les créateurs d’aujourd’hui, réalisateurs de demain. Bref, un énième festival de promotion du cinéma tout ce qu’il y a de plus traditionnel… Et bien justement non !

Comme son nom l’indique, le Mobile Film Festival a la particularité de mettre en avant des films courts, tournés exclusivement avec un smartphone; 1 Mobile ! 1 Minute ! 1 Film !. Sur le papier ça à l’air super simple. Dans les faits, raconter une histoire en une minute… C’est court, très court mais néanmoins amplement suffisant pour déceler le talent; les 50 films retenus en compétition officielle cette année en sont la preuve. Drôles, touchants, poignants, délirants… Qui aurait pu penser qu’il était possible de faire autant avec si peu?

De plus en plus de monde apparemment puisque l’édition de cette année à vue la participation de quelques 750 réalisateurs en herbe et ce en l’espace de seulement deux mois et demi. De ces 750 films, il n’en reste maintenant plus que 50. 50 créations originales soumisent au vote d’un jury composé de personnalités du cinéma. Gad Elmaleh, Kyan Khojandi, qu’on ne présente plus. Harry Tordjman et Bruno Muschio, respectivement producteur et co-auteur de Bref. Laure Gardette, la lauréate du César du meilleur montage 2012 pour Polisse. Pierre Pell, directeur artistique et chef décorateur de Michel Gondry, notamment. Nassim Si Ahmed, comédien des Lascars. Jessica Rosselet et Marc-Benoît Créancier, producteurs fondateurs de Easy Tiger. Frédéric Fleurier, directeur éditorial de Dailymotion. Amandine Lebrat, directrice de production chez Flair Production. Et Nous.

Oui, nous les internautes, car outre les 5 prix attribués par le jury (Meilleur film mobile, Meilleur Scénario, Meilleur Acteur, Meilleure Actrice, et un Prix de la Mise en scène), les films présentés en sélection sont aussi soumis à un vote en ligne dans le but d’attribuer cette distinction si particulier qu’est la reconnaissance du public.

Les votes sont ouverts jusqu’au 6 février, le Prix du Public étant décerné au film qui aura cumulé le plus de suffrages sur le site Web (via des SMS non surtaxés : www.mobilefilmfestival.com), via l’application Facebook dédiée : http://apps.facebook.com/mobilefilm-festival/ et sur la page Concours Dailymotion : http://www.dailymotion.com/contest/mobilefilmfestival2013.

Les différents vainqueurs de ce Mobile Film Festival 2013 seront révélé le 12 février au cinéma l’Arlequin lors d’une Cérémonie de remise des Prix qui sera marquée par la présence du jury et la projection sur grand écran des 50 films en compétition.

Renseignement supplémentaires sur le site officiel du festival.

Primavera Sound 2013

Le Primavera Sound, qui se déroulera du 22 au 26 mai prochains, a révélé hier sa programmation Tendance 2013.

On ne va pas se mentir, depuis l’annonce officielle hier, le festival espagnol est d’ores et déjà “The Place To Be” pour tout amateur de musique averti. ”T’y vas, toi ?”, “Fuck, on y va !” et autres “Woop woop, can’t wait for the real Spring Break 2013 !”, si l’on en croit la tendance, l’intégralité du Twitter musical français devrait se retrouver délocalisé à Barcelone fin mai !

Annoncer Blur en tête d’affiche en octobre dernier avait déjà fait son petit effet. Mais là !!! Hipsters, néo-hipsters, mélomanes old-school (le vintage c’est hype, non ?), et inlassables défricheurs des courants musicaux de demain, il y en aura pour tout le monde… Même pour ceux qui se réclament anti-hype et qui, paradoxalement, le sont parfois bien plus que d’autres.

Loin de moi l’idée de dénoncer les effets de mode. Bien au contraire ! Parce que finalement, qu’importe les tendances tant qu’elles nous permettent de découvrir et d’écouter du bon son… Au pire de débattre entre “connaisseurs” des qualités artistiques d’untel ou d’unetelle avec une bonne foi toute subjective.

Et de débat il n’y aura pas, ou peu cette année, vue la programmation de ce Primavera Sound 2013. Les programmateurs se sont manifestement évertués à satisfaire chacun d’au moins un groupe valant réellement le détour et il faut dire qu’ils ont plutôt réussi leur coup.

Si entre Blur, Phoenix, Tame Impala, My Bloody Valentine, FILDAR, Nick Cave & The Bad Seeds, Liars, Hot Chip, Solange Knowles, The Knife, The Jesus And Mary Chain, Metz, Animal Collective, Crystal Castles, The Postal Service, Dan Deacon, Wu-Tang Clan, Disclosure, Band Of Horses, Shellac, Foxygen, Four Tet, Local Natives, Jessie Ware, Death Grips, Grizzly Bear, The Vaccines, DIIV, Neurosis, Sixto Rodriguez, James Blake, Dead Can Dance, Apparat, Savages, Fiona Apple, Melody’s Echo Chamber, Daniel Johnston, Matthew E. White, Deerhunter, Swans, Camera Obscura, Dinosaur Jr., Tinariwen, Christopher Owens, Savages, Mac DeMarco, The Breeders, Thee Oh Shees, Omar Souleyman, Les Meat Puppets (!?!)… quelqu’un n’y trouve pas son compte, c’est qu’il est clairement resté bloqué au début du siècle dernier. (Et ce n’est pas grave, on faisait des trucs très bien à l’époque aussi.)

Pour tous les autres, il ne reste donc que deux choses à faire : ses valises Artpentry (merci à nos amis de Konbini pour l’info ;) ) et espérer que les Autolib’ auront suffisamment d’autonomie, d’ici mai, pour tenir jusqu’à Barcelone.

L’intégralité des groupes est visible sur l’affiche officielle. Quant aux détails sur la programmation et à l’ordre des passages des groupes, vous pourrez les découvrir sur le site du festival.

Et pour ne rien gâcher, les organisateurs se sont fendus d’une petite vidéo teaser des plus sympathiques, à découvrir ci-dessous.

zp8497586rq

p style= »text-align: center; »>NUITS SONORES 2013, la programmation de jour dévoilée

Vous l’avez sûrement remarqué, chez PUREchannel, on est un peu fan des Nuits Sonores. La faute à notre petit tyran rédac’ chef chéri, Guillaume Marsaud qui, non content de nous avoir imposé le port de la moustache et les apéros quenelles, nous a aussi transmis son amour pour sa région et son enthousiasme immodéré pour ce festival atypique. (NDLR : Choses pour lesquelles on le remercie déjà un peu plus !).

Avait-on vraiment besoin d’une telle pression interne pour vous parler des Nuits Sonores 2013 ?

La réponse est non, tant la programmation de jour du festival parle déjà d’elle-même. Voyez vous-mêmes. Les Nuits Sonores c’est 6 jours de festivités électro intensives, réparties comme chaque année sur plusieurs sites (l’Hôtel de Ville, le Transbordeur, la Sucrière et, oh joie !, cette année encore les Usines Brossettes). Des apéros sonores dans trois lieux inédits (la Place Gerson (5e), Place Général Delfosse (2e) et les Jardins du Cdt Aubertin (3e) ). Une carte blanche confiée à la ville de Bruxelles et ces fameux “NS Days”; qui se tiendront une fois de plus aux Subsistances, et dont voici le programme connu.

NS Day #1

Mercredi 8 mai – Subsistances

Carl Cox  // Laurent Garnier (Scène 1)

Driving Dead Girl // The Experimental Tropic Blues Band (Carte blanche à Bruxelles)

Electric Electric // Crime and the City solution // J.C. Sàtan (Red Bull Music Academy Stage)

NS Day #2

Jeudi 9 mai – Subsistances

Seth Troxler // Ryan Crosson // Benoit & Sergio // Wild Aspect (Scène 1)

Dj Elephant Power // Lefto (Carte blanche à Bruxelles)

Anika // Nurse With Wound // Lumerians // K-X-P (Red Bull Music Academy Stage)

NS Day #3

Vendredi 10 mai – Subsistances

Ben Klock // DVS1 // Shifted // Planetary Assault System (Scène 1)

BRNS // Sun Papa & Lawrence Le Doux (Carte blanche à Bruxelles)

Spectrum // Camera // Girls Against Boys // Civil Civic ( Red Bull Music Academy Stage)

NS Day #4

Samedi 11 mai – Subsistances

Vitalic Disco Dj Set  (Création exclusive) // Tale of Us // Palma  : Raja, Noma & Reworks // Andrés (Scène 1)

Herrmutt Lobby // Squeaky Lobster (Carte blanche à Bruxelles)

The Liminanas // The Intelligence // The Mojomatics (Scène 3 – Red Bull Music Academy Stage)

Plus d’infos dès à présent sur www.nuits-sonores.com et sur ce blog, à chaque fois que je sentirai la présence de Guillaume dans mon dos.

zp8497586rq

Grammy's awards 2013 : les nominés sont...Les nominations pour les 55e Grammy Awards ont été annoncées hier soir à Nashville. Jay-Z et Kanye West font partie des artistes qui peuvent espérer repartir avec une récompense le 10 février. Avec six nominations, Jay-Z et Kanye West seront les favoris des prochains Grammy Awards. Les nommés aux 55e Grammies ont été annoncés hier soir à Nashville par LL Cool J et Taylor Swift, qui présenteront la cérémonie. Mumford & Sons, les Black Keys, fun. et Frank Ocean ont aussi raflé six nominations chacun.

Jay-Z et Kanye West, qui ont fait parler d’eux cette année avec l’album Watch the Throne, ont été cités pour leurs travaux en solo et leurs collaborations prestigieuses.  Mumford & Sons ont aussi reçu six nominations dans les catégories principales, notamment Album de l’année pour BabelRihanna sera en lice pour trois prix avec Talk That Talk, We Found Love et Where Have You Been, respectivement Meilleure Collaboration Rap, Meilleur Clip Vidéo et Meilleur Prestation Pop en solo.

Kelly Clarkson a reçu trois nominations, avec son album Stronger concourant dans les catégories Album de l’Année, Meilleur Album Pop et Meilleur Performance Pop en solo. Taylor Swift est nommée trois fois, entre autre pour sa chanson We Are Never Ever Getting Back Together et pour sa participation à la musique du film The Hunger Games avec la chanson Safe and Sound.

La chanteuse canadienne Carly Rae Jepsen n’a pas été oubliée avec son hit Call Me Maybe. La chanson a été citée dans deux catégories, Chanson de l’Année et Meilleure Performance Pop en solo. Chris Brown a été nominé pour le Meilleur Album de Musique Urbaine avec Fame. Les 55e Grammy Awards auront lieu à Los Angeles le 10 février prochain.

Liste des principales nominations aux 55e Grammy Awards :

 

Album de l’Année

El Camino – The Black Keys

Some Nights- FUN.

Babel – Mumford & Sons

Channel Orange – Frank Ocean

Blunderbuss – Jack White

 

Enregistrement de l’Année

Lonely Boy – The Black Keys

Stronger (What Doesn’t Kill You) – Kelly Clarkson

We Are Young – FUN. featuring Janelle Monáe

Somebody That I Used To Know – Gotye Featuring Kimbra

Thinkin Bout You – Frank Ocean

We Are Never Ever Getting Back Together – Taylor Swift

 

Révelation de l’Année

Alabama Shakes

fun.

Hunter Hayes

The Lumineers

Frank Ocean

 

Chanson de l’Année

The A Team – Ed Sheeran, songwriter (Ed Sheeran)

Adorn – Miguel Pimentel, songwriter (Miguel)

Call Me Maybe – Tavish Crowe, Carly Rae Jepsen & Josh Ramsay, songwriters (Carly Rae Jepsen)

Stronger (What Doesn’t Kill You) – Jörgen Elofsson, David Gamson, Greg Kurstin & Ali Tamposi, songwriters (Kelly Clarkson)

We Are Young – Jack Antonoff, Jeff Bhasker, Andrew Dost & Nate Ruess, songwriters (FUN. featuring Janelle Monáe)

 

Meilleure Prestation Country en solo

Home – Dierks Bentley

Springsteen »- Eric Church

Cost Of Livin’ – Ronnie Dunn

Wanted – Hunter Hayes

Over – Blake Shelton

Blown Away – Carrie Underwood

 

Meilleur Album Country

Uncaged – Zac Brown Band

Hunter Hayes – Hunter Hayes

Living For A Song: A Tribute To Hank Cochran – Jamey Johnson

Four The Record- Miranda Lambert

The Time Jumpers – The Time Jumpers