Wes Craven, le maitre de l'horreurMy Soul To Take  de Wes Craven sort remain dans les salles. Le réalisateur de Scream revient pour hanter nos nuits avec un scénario toujours aussi effrayant. Mais pourquoi Craven aime-t-il autant faire peur aux adolescents ? La réponse à cette question se trouve peut-être dans le parcours du réalisateur…

Après des études de lettres et de psychologie à Baltimore, Wes Craven officie quelques années comme professeur de sciences humaines et de dramaturgie. A la fin des années 60, il part pour New York, où il obtient un poste dans une maison de production. D’abord chargé de superviser le département des documentaires, il devient vite assistant de production tout en se perfectionnant au montage.

En 1972, Wes Craven écrit et réalise La Dernière maison sur la gauche, un film d’horreur d’une extrême violence qui préfigure déjà l’intérêt du cinéaste pour le morbide. Ce premier essai, très remarqué, lui permet de mettre en scène, cinq ans plus tard, un classique du genre : La Colline a des yeux, un long métrage s’inspirant de documentaires sur la guerre du Vietnam. Adapté de l’histoire vraie d’une famille écossaise anthropophage qui tendait des embuscades aux voyageurs de la région, le film remporte de nombreuses récompenses à travers le monde.

Wes Craven, le maitre de l'horreurEn 1980, avec La Ferme de la terreur, il offre un de ses premiers rôles à Sharon Stone, mais il lui faut attendre 1984 et les premières aventures de Freddy dans Les Griffes de la nuit (voyant les débuts à l’écran de Johnny Depp), pour accéder enfin à la consécration. Dès lors, intronisé maître de l’horreur, Wes Craven poursuit dans cette veine avec Shocker (1989) et Le Sous-sol de la peur (1991), mais c’est toujours avec Freddy, l’homme au visage brûlé, pull rayé et griffes d’acier, qu’il rencontre le succès. En témoigne la sortie du septième volet de la saga, Freddy sort de la nuit, en 1994.

Après l’échec d’Un vampire à Brooklyn (1995) avec Eddie Murphy, Wes Craven donne un second souffle au slasher movie, et par la même occasion à sa carrière, avec Scream, Grand Prix au Festival Fantastique de Gérardmer 1996. Dans la foulée, il réalise Scream 2 et peut, grâce aux retombées financières des deux films, mettre en scène un projet plus personnel, La Musique de mon coeur. Ce drame interprété par Meryl Streep se solde par un échec relatif, rapidement essuyé par le triomphe au box-office de Scream 3, nouveau volet des aventures du serial killer masqué.

Wes Craven, le maitre de l'horreurCroulant sous les propositions de grands studios, Wes Craven prend son temps pour finalement tourner en 2004 le calamiteux film de loups-garous Cursed, maintes et maintes fois remonté. Pour se remettre de ce fiasco, le cinéaste tente une incursion dans le domaine du thriller en confinant Rachel McAdams et Cillian Murphy dans le Boeing 767 de Red eye / sous haute pression (2005). Il s’essaie ensuite à la comédie romantique en participant au film collectif Paris, je t’aime. Dans le segment Père Lachaise il met en scène Rufus Sewell et Emily Mortimer dans une quête absurde de l’amour guidée par Oscar Wilde. Puis Wes Craven a réalisé Scream 4, la suite très attendue de ce qui est désormais sa saga la plus populaire.

Après ce petit détour par le thriller et la comédie, il en revient avec My Soul To Take  à ce qu’il sait mieux mettre en scène : les tueurs en série. Un domaine dans lequel Wes Craven excelle et on n’oserait lui demander de changer de registre : l’horreur, le fantastique lui convient si bien…