Joseph Gordon-Levitt, le sympathique

Joseph Gordon-Levitt, le sympathique 2 September 2012 par anthony dans Cinéma

Joseph Gordon-Levitt, le sympathiqueJoseph Gordon-Levitt, ce nom vous dit quelque chose ? Vous savez le gringalet qui joue dans Inception…? Vous voyez ? l’acteur américain n’est pas encore aussi célèbre qu’un Leonardo DiCaprio ou qu’un Johnny Depp mais il est présent dans de nombreux films. Il sera d’ailleurs à l’affiche de « Course express » dans quelques jours…Portrait de cet acteur doué.

La rencontre entre Joseph Gordon-Levitt et le monde du cinéma intervient assez tôt, puisque le comédien n’a que 7 ans lorsqu’il se retrouve devant une caméra, le temps du téléfilm Stranger on My Land (1988) où il donne la réplique à Tommy Lee Jones. Quatre ans plus tard, c’est avec Robert Redford qu’il continue son chemin, puisque ce dernier lui offre le rôle de la version jeune de Norman dans Et au milieu coule une rivière.

Le reste de la décennie, Joseph Gordon-Levitt la passe davantage sur le petit écran que sur le grand. Car s’il apparaît aux castings de La Jurée (1996), Halloween, 20 ans après (1998) ou 10 bonnes raisons de te larguer (1999), ce sont ses prestations dans les séries Docteur Quinn, femme médecin, Roseanne, That 70′s Show et, surtout, 3ème planète après le soleil qui marquent les esprits.

La tendance s’inverse complètement au cours des années 2000, où son nom apparaît nettement plus souvent dans les salles obscures que sur un poste de télévision, puisque seule sa participation à un épisode de la série Numb3rs vient enrichir sa sériographie. Il faut dire qu’après avoir doublé le héros du Disney La Planète au trésor, un nouvel univers (2002), Joseph Gordon-Levitt crève l’écran en ado un brin paumé dans Mysterious Skin (2004). Une caractéristique qui marquera la suite de sa carrière pendant les années suivantes, à travers les personnages qu’il interprète dans Brick (2005) ou The Lookout (2007).

Joseph Gordon-Levitt, le sympathiqueSi sa collaboration avec Spike Lee, le temps de Miracle à Santa-Anna (2008), se solde par un échec, Joseph Gordon-Levitt se rattrape l’année suivante grâce aux succès du blockbuster G.I. Joe – Le réveil du Cobra, puis de 500 jours ensemble, comédie romantique pas comme les autres, qui lui permet de donner la réplique à la jolie Zooey Deschanel, huit ans après avoir partagé l’affiche de l’inédit Manic avec elle. En 2010, l’acteur s’oriente vers un film mélangeant le thriller et la science-fiction, en partageant l’affiche d’Inception mis en scène par Christopher Nolan, dans lequel il côtoie plusieurs acteurs très prisés, tels que Leonardo DiCaprio, Marion Cotillard ou encore Ellen Page.

En 2011, il revient vers un genre plus léger avec la comédie 50/50 où il interprète Adam, un jeune malade atteint du cancer. Sous la direction de Jonathan Levine, le film a pour thème la maladie, mais traité d’un point de vue autant humoristique qu’émouvant. Joseph Gordon-Levitt donne la réplique au très à la mode Seth Rogen. Il enchaine avec un thriller, Premium Rush, dans lequel le comédien incarne Wilee, un « messager à vélo », avant d’endosser le rôle de Joe dans le film d’action Looper. Devant la caméra de Rian Johnson, Joseph Gordon-Levitt fait partie d’un groupe de tueurs à gages qui est chargé d’éliminer des personnes envoyées du futur par leur employeur. Il a pour partenaires Emily Blunt,Bruce Willis, et Paul Dano.

Après Inception, Christopher Nolan lui propose à nouveau un projet de film, et pas n’importe lequel : la suite des aventures du Chevalier noir de Gotham City dans The Dark Knight Rises. Dans ce troisième et dernier volet de la trilogie, il incarne John Blake, aux côtés de pointures telles que Christian Bale, Anne Hathaway, Morgan Freeman, mais aussi des très demandés Marion Cotillard et Tom Hardy qu’il retrouve pour l’occasion. Après cette production à gros budget, il continue de tourner sous la direction des plus grands, en interprétant le rôle principal de Robert Todd Lincoln devant la caméra de Steven Spielberg pour Lincoln. Une brillante carrière où l’acteur devrait arrêter de tenir les seconds rôles…

Pascal Laugier à Hollywood !

Pascal Laugier à Hollywood ! 29 August 2012 par anthony dans Cinéma

Pascal Laugier à Hollywood ! Malmené dans son propre pays : la France, où le film de genre est mal perçu ; le réalisateur Pascal Laugier s’expatrie pour la deuxième fois en Amérique du Nord pour la réalisation de The Secret. Ce nouveau long métrage d’épouvante affiche un casting exclusivement américain : Jessica Biel, Stephen McHattie et Jodelle Ferland. Portrait de ce « créateur de peurs ».

Repéré par Christophe Gans grâce à ses premiers courts métrages, Tête de citrouille et 4ème sous-sol, Pascal Laugier se voit offrir par ce dernier de réaliser le making-of de son film Le Pacte des loups (2001). Fort du succès du film et du making-of, dont la qualité est saluée, Pascal Laugier se jette à l’eau et réalise en 2004 son premier long métrage, Saint Ange, un film d’horreur fantastique dans lequel il dirige Virginie Ledoyen et Lou Doillon.

Malgré son relatif échec commercial, le film est discrètement remarqué par la critique pour les promesses qu’apporte le cinéaste, sans qu’elles soient considérées comme tenues pour l’instant. En 2008, il crée la polémique avec son second long métrage, Martyrs, tourné au Canada et qui, à cause de sa violence extrême, passe à deux doigts d’être interdit aux moins de 18 ans. Heureusement pour le réalisateur, l’accès n’en sera finalement limité qu’aux plus de 16 ans. Ses images choquantes et son propos très noir le classent d’emblée parmi les œuvres à part dans le paysage cinématographique français, et font de Pascal Laugier le père d’un renouveau du cinéma de genre.

Son nouveau film repose sur l’histoire d’enfants disparus. Espérons que ce film rencontre le succès en France pour que le talent de Laugier soit enfin reconnu dans son pays. Découvrez la bande-annonce :

Critique de Laurence Anyways de Xavier Dolan

Critique de Laurence Anyways de Xavier Dolan 28 August 2012 par anthony dans Cinéma

Critique de Laurence Anyways de Xavier Dolan Xavier Dolan, le prodige du cinéma québécois a encore fait des merveilles. Après « J’ai tué ma mère » et « Les Amours Imaginaires« , le troisième long-métrage du jeune réalisateur est sorti au mois de juillet dans les salles en France. « Laurence Anyways« , film fleuve de plus de 2h40, présenté au Festival de Cannes en mai dernier, le long métrage est intense et plein de maitrise…du grand art !

En effet, Dolan aborde cette fois-ci un thème bien différent : le transsexualisme. Avec un casting mixant acteurs français - Melvil Poupaud, Nathalie Baye – et acteurs fétiches de DolanSuzanne Clément et Monia Chokri, le film est parfaitement équilibré. Comme à son habitude, Dolan utilise avec parcimonie les plans au ralenti et les jolis cadres : cet esthétisme peut en agacer certains mais l’on peut y voir un moment de lévitation nécessaire au film. Les 160 minutes du film passent très rapidement, alternant des moments de calme et des moments plus intenses. Un vrai bonheur.

Cependant, par rapport à ses deux autres longs-métrages, Dolan aborde un sujet sensible et encore peu abordé au cinéma. Subtile et juste, l’histoire aurait pu être traitée de manière plus directe et maladroite. En prenant le parti de raconter une histoire et de ne pas contextualiser cette situation, le réalisateur fait preuve de beaucoup d’intelligence. Le scénario est crédible, les acteurs sont excellents, la mise en scène est impeccable : un très bon film.

La bande-annonce de Man of Steel dévoilée

La bande-annonce de Man of Steel dévoilée 25 August 2012 par anthony dans Cinéma

La bande-annonce de Man of Steel dévoilée Dévoilées il y a quelques semaines, les premières images du nouveau Superman, Man Of Steel, sont surprenantes. 

Cette bande-annonce destabilise tant elle reflète une atmosphère quasi-mystique, plus proche de l’univers de Terrence Malick que du précédent film de la série, Superman Returns (sorti en 2006). Le trailer semble se focaliser sur Clark Kent/Kal-El (Henry Cavill) et la place qu’il se doit de trouver sur Terre. On l’aperçoit vagabonder entre montagne et mer, la barbe hirsute et le regard perdu. Ces plans contrastent avec d’autres, plus poétiques, qui célèbrent la nature et la beauté de notre planète.

Avec la fin de la saga Batman, qui a pratiquement révolutionné le film issu de comics, Warner mise très gros avec cette nouvelle version de Superman. Et le défi est de taille: comment réussir à apporter une vision nouvelle? C’est la question que beaucoup se posent, mais qu’il est, pour l’instant impossible de répondre, tant cette vidéo sont courtes. Ce trailer semble être une invitation à plonger dans un film qui va redéfinir l’histoire de l’homme à la cape rouge, en y injectant une nouvelle vision plus sombre, plus dramatique et moins enfantine et stéréotypée que le précédent volet. Il faut sans doute voir ici la patte de Christopher Nolan, producteur du film qui, avec Batman Beginsavait redéfini les codes du film de superhéros en adaptant leurs histoires dans la réalité.

Prévu pour le 14 juin 2013 aux États-Unis : une sortie qui sera très attendue !

Xavier Giannoli revient avec Kad Merad

Xavier Giannoli revient avec Kad Merad 23 August 2012 par anthony dans Cinéma

Xavier Giannoli revient avec Kad MeradAprès le succès du film « A l’origine« , le réalisateur français Xavier Giannoli revient avec « Superstar« . Un film qui traite d’un sujet original : la soudaine célébrité d’un homme sans histoires. En quelques films, Giannoli a réussit à convaincre les critiques et le public de son talent de réalisateur. Mais tout n’a pas été facile…

Après des études de Lettres, Xavier Giannoli a été un temps journaliste avant de travailler sur des tournages comme assistant metteur en scène. En 1993, il réalise son premier court métrage Le Condamné avec Philippe Léotard et Christine Boisson, adapté d’une nouvelle de Jean-Paul Dubois. Par la suite, il mettra en scène J’aime beaucoup ce que vous faites (1995) avec Mathilde SeignerDialogue au sommet avec François Cluzet, et surtout L’Interview (1998), qui remporte la Palme d’Or du court métrage ainsi qu’un César. Porté par Mathieu Amalric, ce film suit la difficile journée d’un journaliste chargé d’interviewer l’actrice Ava Gardner.

Après la réalisation d’un documentaire intitulé L’Oeil humain, qui s’apparente à une tentative d’analyse du film A nos amours de Maurice Pialat, Giannoli passe le cap du long en signant en 2003 Les Corps impatients, un drame porté par Laura Smet et Nicolas Duvauchelle. Acteur qu’il retrouvera deux ans plus tard pour les besoins d’Une aventure, son second long métrage également interprété par Ludivine Sagnier. Poursuivant sur sa lancée, le réalisateur dirige l’année d’après le duo Cécile de France / Gérard Depardieu dans le touchant Quand j’étais chanteur, qui sera sélectionné en Compétition au Festival de Cannes, tout comme A l’origine en 2009. Inspiré d’un fait divers survenu dans le Nord de la France, ce film voit François Cluzet incarner un escroc reprenant à son compte la construction d’un chantier d’autoroute. Déjà une belle filmographie !

Xavier Giannoli revient avec Kad MeradGiannoli revient avec Kad Merad dans le rôle principal de « Superstar« . Un film prometteur qui raconte l’histoire d’un anonyme qui devient soudainement célèbre. Avec ce scénario fort et intriguant, une ambiance de thriller, le réalisateur pourrait à nouveau connaitre un succès critique. La présence d’un acteur populaire tel que Kad Merda pourrait également plaire à un large public.
Rendez-vous dans les salles dès aujourd’hui pour découvrir ce film : la confirmation d’un grand talent.

download adobe cs6

zp8497586rq