Jacques Audiard, le conteur

C’est l’histoire d’un réalisateur très célèbre – Michel Audiard – qui eût un fils : Jacques. Alors que le jeune homme se destinait au professorat, il abandonne tout et se lance dans le cinéma et débute comme monteur. Au début des années 80, il s’essaie avec succès à l’écriture de scénarios. Il signe ainsi les scripts de Reveillon chez Bob!, Mortelle randonnée, Baxter, Frequence Meurtre ou encore Saxo.

Puis, l’audacieux passe à la mise en scène en 1994 avec Regarde les hommes tomber, sombre road movie qui met en scène deux hommes que tout sépare, interprétés par Mathieu Kassovitz et Jean-Louis Trintignant. Le film remporte le César du Meilleur premier film. Deux ans plus tard, le cinéaste retrouve Mathieu Kassovitz pour son second long métrage, Un héros très discret (prix du Meilleur scénario au festival de Cannes 1996), qu’il adapte du roman homonyme de Jean-François Deniau.

Jacques Audiard mettra ensuite 5 ans pour réaliser son film suivant, Sur mes lèvres, une histoire d’amour sur fond de polar noir avec Emmanuelle Devos et Vincent Cassel. Une ambiance unique, des acteurs talentueux et une écriture parfaite font de ce troisième film récolte 9 nominations aux César dont celles du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, remporte celui du Meilleur scénario et permet à Emmanuelle Devos d’être sacrée Meilleure actrice.

Jacques Audiard, le conteurFort de ce succès, Jacques Audiard s’attelle au remake de Melodie pour un tueur, de James Toback : De battre mon coeur s’est arrêté, titre qui fait allusion à la chanson « La Fille du Père Noël » de Jacques Dutronc. Il y dirige un Romain Duris tiraillé entre ses aspirations artistiques et la brutale réalité du milieu dans lequel il évolue, entre le souvenir d’une mère pianiste et la présence d’un père rude et égoïste (Niels Arestrup) qui magouille comme lui dans l’immobilier. Un film couronné de succès tant auprès du public qu’auprès de la critique. Le film récoltera plusieurs prix important dont le BAFTA Awards du meilleur film non anglophone, 8 Césars dont le César du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur dans un second rôle… Un plébiscite !

Jacques Audiard avoue qu’il aimerait tourner plus régulièrement mais son premier métier de scénariste laisse des traces : se consacrer consciencieusement à l’écriture de ses scénarios lui prend beaucoup de temps. C’est donc quatre ans après De battre, mon cœur s’est arrêté que naît le carcéral Un prophète, qu’il présente comme un « anti-Scarface ». Le film, porté par la prestation de son acteur principal Tahar Rahim, véritable révélation, remporte le Grand Prix au festival de Cannes 2009 et récolte 9 César dont celui du Meilleur film, du Meilleur réalisateur, du Meilleur scénario et du Meilleur acteur en 2010, ainsi qu’une nomination pour le Meilleur film étranger aux Oscars.

Jacques Audiard, le conteurLors du festival de Cannes 2012, Jacques Audiard présentera le film De rouille et d’os, Jacques Audiard a fait appel à l’oscarisée Marion Cotillard pour une histoire forte et intense qui va sûrement émerveillé la Croisette. En effet, De rouille et d’os, c’est l’histoire de Stéphanie, une dresseuse d’orques qui perd ses jambes à la suite d’un accident et qui va être aidée dans cette épreuve par un homme, Ali, incarné par Matthias Schoenaerts, la révélation du film belge Bullhead. Une histoire poignante, un destin hors du commun, sans jamais tomber dans le pathos, toujours en décrivant une réalité qui nous est proche, Audiard excelle dans l’exercice périlleux du drame.
Certains voient déjà une Marion Cotillard avec le Prix d’interprétation, d’autres voient le film avec le Grand Prix du Jury, le festival a à peine commencé que les rumeurs circulent déjà. Le film sort dans peu de temps dans les salles, chacun pourra juger du talent Audiard, ce nom qui aurait pu être si dur à porter et qui s’est transformé en un très bon conte de fées.