Lionel Aknine nous présente les coulisses du métier d’attaché de presse ! Un one-man-show, bourré de rires et de souvenirs.

Lionel était comédien avant de tomber dans les méandres du milieu de la musique, qui l’amène à travailler avec des stars internationales et françaises.
C’est à 50 ans qu’il décide de remonter sur scène, et quoi de mieux que de raconter avec humour et ironie ce qui fait son quotidien pendant près de 20 ans. Des anecdotes avec les artistes, journalistes, managers, producteurs,… il n’en manque pas !
Auteur et seul interprète du spectacle, Lionel Aknine décrit avec brio tous ses personnages, aussi cocasses les uns que les autres (Un Lou Reed qui refuse les interviews, les De La Soul, groupe de rap, qui fument sans arrêt et font trois têtes de plus que lui, une Bonnie Tyler qui lui fait porter son sac à main…). Et bien sûr, il joue son propre rôle : celui d’un attaché de presse qui débarque dans le métier un peu par hasard, et par nécessité. Mais au fil du temps, il se surprend à apprécier ce métier malgré toutes les galères rencontrées. Un attaché de presse selon Lionel Aknine ? Il est toujours au téléphone. Essaye de satisfaire les besoins et envies de ceux qui l’entourent. Court dans tous les sens. Survend ses artistes (sans en être remercié !) et bien sûr s’adapte à ces derniers (« Tu bosses avec les jazzman, tu deviens intelligent ! Tu bosses avec des rasta, tu fumes des joints ! »). Être attaché de presse, c’est aussi être psy, à ses heures perdues…

Lionel Aknine est une vraie pile électrique sur scène, et certaines situations sont hilarantes. Il est arrivé à réunir ses deux univers, le théâtre et le métier d’attaché de presse, pour en faire une comédie jubilatoire et légère !
Si vous connaissez bien ce milieu, vous vous reconnaîtrez sûrement dans certaines situations. Sinon, allez découvrir l’univers du show-business !

Tous les vendredis et samedis à 21h30 aux Feux de la Rampe, jusqu’au 28 mars 2015 !


Pop'peaEn allant voir Pop’pea, le spectateur ne sait pas à quoi s’attendre. Les productions du théâtre du Châtelet sont souvent d’excellente qualité. Puis la présence de Carl Barât et Benjamin Biolay à l’affiche, laissait entrevoir un spectacle unique. Barât, un regard d’ange, une âme d’artiste maudit, une qualité d’écriture unique, un amour tumultueux avec Pete Doherty… Les deux chanteurs se retrouvent dans une véritable drame, une histoire pleine de péripéties.

Othon, amoureux de Poppée, se la voit voler par Néron, empereur de Rome. Un pacte naît alors entre Ottavia, épouse délaissée par Néron, et lui-même afin de tuer Poppée. Une fois démasqués, ils seront bannis de Rome.

Critique de l'Opéra Rock Pop'peaL’histoire est trépidante, l’opéra de Monteverdi éblouissant alors l’idée d’une version pop rock peut faire craindre le pire. On avoue penser à  la tentative de Kamel Ouali et son Mozart pop rock. Le parti pris de mise en scène est évident et remarquable. On assiste à une BD musicale, avec des effets de mise en scène fantastiques. Les éléments de décors sont miniaturisés : une forêt, une table surmontée de gâteaux et de cupcakes, ou encore un groupe sur scène sont filmés. Les acteurs le sont également avec un fond bleu en arrière plan. Le montage des deux films est diffusé sur un écran géant. On assiste, par exemple, au terrible Néron au milieu d’un décor fait de pâtisseries géantes tandis que la scène est vide, outre la fameuse table et l’acteur. Les costumes sont également très beaux, à la fois modernes et grandioses. La robe d’Ottavia en faux gazon suffit à prouver ce subtil mélange entre modernité et antiquité. Une pièce très originale en somme.

Critique de l'Opéra Rock Pop'peaAlors pourquoi ca ne marche pas ? Bien que ce fût un parti pris, le jeu d’acteurs est affligeant et ne fonctionne pas. On plonge dans le clip de Barbie Girl d’Aqua plutôt que dans une BD de super héros.  Carl ressemble à Paul McCartney au jubilée de la Reine, bouffi et fini. Tous chantent atrocement faux, on sent une douleur physique à chaque note, surement l’effet de catharsis. Seule la belle Ottavia échappe ironiquement à cette tragédie. Les arrangements « Eurovision 1993 » d’une musique inintéressante par ailleurs, laissent peu de place au divertissement et ne me demandez pas de ressentir quoique ce soit devant Carl Barât en cuir rouge sautillant sur scène.

Le spectacle est donc assez décevant. C’était osé. Raté mais osé. L’art sans parti pris et sans risque est sans intérêt.Et puis, Carl Barât est assez émouvant dans son rôle de Néron. De quoi rester sur sa fin…

zp8497586rq

« Mise au point » de l’Association Les Molières« À la suite de nombreux appels de comédiens et de personnalités du théâtre, inquiets pour l’avenir des Molières, l’Association Les Molières réaffirme être prête à organiser la cérémonie le 13 mai prochain sur France 2, comme le propose le Président de France Télévisions Rémy Pflimlin.  L’annulation du référé permettrait d’annoncer immédiatement les nominations, mais il est aussi toujours temps de refaire intégralement le vote. Ainsi les talents de la profession seraient enfin récompensés comme depuis 25 ans, dans un climat d’apaisement et de bonne volonté, vital dans les circonstances actuelles.
L’Association Les Molières demande instamment au Ministre d’assurer son soutien actif :
- d’une part, en débloquant au plus tôt la subvention de la Direction Générale de la Création Artistique (Georges-François Hirsch) qui assure son fonctionnement,
- d’autre part, en intervenant auprès des différents partenaires financiers pour qu’ils respectent leur engagement en vue de la retransmission télévisuelle de la Cérémonie, France Télévisions et son Président Rémy Pflimlin, la SACD et son Directeur général Pascal Rogard, l’ASTP (Association pour le Soutien du Théâtre Privé) et sa Présidente Marie-France Mignal.
L’Association Les Molières adressera une Lettre ouverte au Président de la République pour l’informer du coup qui risque d’être porté à cette tradition du théâtre et le sensibiliser à cette manifestation qui atteste tout à la fois de la vitalité du théâtre français et de la promotion de la culture française.
Le Conseil d’Administration des Molières réuni le 20 mars 2012, va proposer à la prochaine Assemblée Générale Extraordinaire d’examiner la situation dans un esprit d’ouverture afin d’assurer le succès de la 26e Nuit des Molières tout en préservant la cohésion et l’unité de la profession.  Un seul enjeu mobilise l’Association : « Que vivent Les Molières ! » »

Rentrée théâtrale 2012 : demandez le programme !

2012, une grande année pour les théâtres parisiens ? C’est fort possible ! De grands classiques arrivent dans les salles, de nouvelles pièces débarquent avec des comédiens et acteurs célèbres comme Line Renaud, Michel Galabru, Bernadette Lafont ou Thierry Lhermitte entre autre.

Le Bourgeois Gentilhomme 

Le Bourgeois Gentilhomme par exemple qu’incarnera Marcel Maréchal d’une part, et François Moreld’autre part. Le premier incarne Monsieur Jourdain, qu’il voit comme « un colossal enfant-roi » appartenant « au monde lunaire des clowns » dans l’un des spectacles dont il signe la mise en scène, à partir du 10 janvier au Théâtre 14. Le second se glissera dans la peau de ce personnage dans la surprenante comédie-ballet de Molière et Lully, mise en scène par Catherine Hiegel, à partir du 12 janvier au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

La Femme du Boulanger

Michel Galabru, qui n’est pas prêt à mettre un terme à sa carrière, en apparaissant à l’affiche de La Femme du Boulanger au théâtre Hébertot à Paris à partir du 10 janvier. Par le passé, c’est avec la belle Laetita Milot qu’il avait incarné cette pièce, et cette fois-ci, c’est avec son fils Jean dans une mise en scène signée Alain Sachs. On trouve également à l’affiche de ce grand classique : Patrick Fiori, Bernadette Lafont et Titoff. Un casting cinq étoiles !

Harold et Maude

La mythique Line Renaud, âgée de 83 ans, se glissera dans la peau de la vieille dame dans Harold et Maude, un film-culte adapté au théâtre par Jean-Claude Carrière pour Madeleine Renaud, et mis en scène par Ladislas Chollat au Théâtre Antoine à partir du 2 février. Harold et Maude, c’est la rencontre merveilleuse entre deux personnages que tout oppose. Lorsque Harold, jeune homme de dix-huit ans qui aime se pendre aux lustres croise Maude, jeune idéaliste de quatre-vingts ans qui aime grimper aux arbres, tout change, la vie s’emballe et le quotidien devient extraordinaire. Harold et Maude nous prouvent que rien n’est impossible. Un fabuleux hymne à la vie.

Inconnu à cette adresse

Enfin, une brillante initiative fera monter sur scène différents duos d’acteurs de talent, pour une lecture du chef-d’oeuvre de Kressmann Taylor,Inconnu à cette adresse , au Théâtre Antoine dès le 7 janvier. D’abord Gérard Darmon et Dominique Pinon, puis Thierry Frémont etNicolas Vaude, ensuite Thierry Lhermitte et Patrick Timsit.

Oh les beaux jours

Catherine Frot sera au Théâtre de la Madeleine à partir du 20 janvier dans Oh les beaux jours de Samuel Beckett.

Calamity Jane

Calamity Jane mettra en scène Clémentine Célarié et Yvan Le Bolloch‘, sous les conseils scénographiques d’Alain Sachs, au Théâtre de Paris à partir du 24 janvier.

Voilà qui promet un beau début d’année 2012. Les théâtres seront plein de talents, ils attendent juste les spectateurs.

Airnadette, la comédie musiculte revient !

 Le phénomène Airnadette est de retour au Divan du Monde les 19, 20, 26 et 27 janvier ! Si vous ne les connaissez pas, c’est le moment d’aller les voir !

Ce groupe qui pratique le « air guitare » sans retenue et avec brio, est capable de soulever des dizaines de milliers de personnes ! Mené par le double champion du monde de la discipline Gunther Love, les Airnadette se produisent depuis 3 ans un peu partout en France et ont même crée leur propre « comédie musiculte » !

Surprenants, loufoques et talentueux…les qualificatifs ne manquent pas pour décrire les membres du premier « air band » de France ! Prestations sur les plateaux de TF1, M6 et Canal Plus, participation à des soirées bimestrielles au Bus Palladium, première partie de M à Bercy, tournée aux Etats-Unis : les Airnadette enchainent les projets et les succès !

La comédie musicale mise en scène par Pef, l’ex Robin des Bois, et entièrement créée à partir de répliques cultes et de chansons, interprétée par les spécialistes du genre avec leurs brosses à cheveux en guise de micro, cette comédie musicale en forme de grand détournement est un véritable condensé d’énergie, d’humour et de rock’n’roll ! Du grand art !

Airnadette  – La Comédie Musicultedes Airnadette et Pierre-François Martin-Laval

Du 19 au 27 janvier 2012 au Divan du Monde à 20h30

Le Divan du Monse
75 rue des Martyrs
75018 Paris

Le 30/03 à la Roche sur Yon (Fuzz’yon), le 6/04 à Neuilly St Front (Espace Louvroy), le 4/05 à St Sébastien/Loire (L’Embarcadère) et le 3/08 à l’Ile de Ré (La Maline).