Helmut Newton, l'esthète

Helmut Newton, l’esthète 6 August 2012 par anthony dans Expos, Mode, Photographie

Helmut Newton, l'esthèteAprès la première rétrospective du photographe Helmut Newton (1920 – 2004) en France, au Grand-Palais. Il était temps car la France, pays où il a cependant créé une partie majeure de son œuvre, est un pays important dans la carrière du photographe qui a notamment en travaillé pour l’édition française de Vogue.

Sulfureux, parfois choquant, l’œuvre de Newton a cherché à restituer la beauté, l’érotisme, l’humour, parfois la violence que sa sensibilité lui permettait de relever dans les rapports sociaux des mondes qu’il fréquentait : la mode, le luxe, l’argent, le pouvoir.

L’exposition réunit plus de deux cents images, quasi exclusivement des tirages originaux ou « vintage » réalisés sous le contrôle d’Helmut Newton : polaroïds, tirages de travail de divers formats, œuvres monumentales. Elle sera enrichie d’un extrait du film réalisé par June Newton, épouse du photographe pendant soixante ans et elle-même photographe : Helmut by June.

Le célèbre photographe australien d’origine allemande, a œuvré à Paris une grande partie de sa vie. La capitales a rendu enfin hommage, en deux cents images, à celui qui a changé définitivement la photographie de mode. Sexe, glamour et cruauté (en particulier dans la dernière salle de portraits !) figuraient sans surprise au programme de cette rétrospective. Celui qui se disait “voyeur professionnel”, dont la matière première était la “chair humaine”, s’est amusé à mettre en scène les fantasmes sadomasos de la haute société. A l’exception des féministes, qui le détestent, d’aucuns se réjouiront devant ces nudités carnassières et ces mâles, avec ou sans smoking, bodybuildés. Ou simplement devant son art de photographier.

Pour ceux qui n’étaient pas à l’exposition, voici quelques clichés célèbres du photographe.

Helmut Newton, l'esthète

Helmut Newton, l'esthète

Helmut Newton, l'esthète

Helmut Newton, l'esthète

Exposition Ai Weiwei : Entrelacs au Jeu de Paume de ParisComment devient-on dissident?? L’exposition de l’artiste chinois Ai Weiwei ? la galerie du Jeu de Paume, ? Paris, r?pond en partie ? cette question, s’agissant d’un cr?ateur qui a pass? l’an dernier trois mois en prison et reste soumis ? de s?v?res limites ? sa libert? de mouvement et de parole.

Ag? de 55 ans, Ai Weiwei est un personnage plus grand que nature. A tous points de vue. Physique d’abord, avec une carrure et une barbe d’ogre?; mais surtout avec son app?tit ? tout embrasser, qu’il s’agisse de la photographie qu’il pratique en abondance, de l’art conceptuel qu’il ma?trise ? merveille, de l’architecture ? laquelle il s’est essay? plus d’une fois, du Web qu’il utilise comme une arme, et d’un go?t illimit? pour la provocation qui lui vaut tous ses ennuis.

Au Jeu de Paume, qui avait programm? cette exposition bien avant que son actualit? judiciaire ne le propulse au devant de la sc?ne, on d?couvrira le parcours initiatique d’Ai Weiwei.?Ce fils de l’??aristocratie rouge?? chinoise a v?cu une partie de sa jeunesse en exil au Xinjiang, la ??Sib?rie?? chinoise o? avait ?t? envoy?e sa famille, pers?cut?e pendant la r?volution culturelle.

Ai Weiwei retourne vivre en Chine en 1993 afin d’?tre aux c?t?s de son p?re pour ses derni?res ann?es. Il retrouve une sc?ne artistique parall?le qui s’est d?velopp?e en son absence, inspir?e par les canons de l’art contemporain occidental, vivant dans la marginalit? de villages d’artistes ? l’ext?rieur de P?kin, en butte ? l’hostilit? officielle du Parti communiste.?Il y d?veloppe son go?t de la provocation, comme cette photo inspir?e du c?l?bre clich? de Marilyn Monroe avec sa jupe en l’air, mais prise devant le portrait de Mao sur la place Tiananmen… Il fallait oser.

??Juin 1994?? (place Tiananmen)

Il r?alise ?galement sa s?rie du ??doigt d’honneur??, irrespect supr?me de l’autorit?, de toutes les autorit?s. ?a passe quand c’est la Tour Eiffel ou le Capitole ? Washington, c’est gonfl?, l? encore, quand ce doigt est dirig? vers la porte de la paix c?leste, au c?ur de P?kin, sur laquelle tr?ne toujours le portrait de Mao Zedong. Pour l’avoir ??d?figur??? un jour avec de l’encre, un Chinois a pass? de longues ann?es en asile psychiatrique.

Le ??doigt d’honneur?? ? Mao?: ??Etude de perspective?: tiananmen, 1995-2003??

Mais 2008, ann?e olympique, c’est aussi l’ann?e du s?isme du Sichuan, qui est le tournant de la radicalisation politique d’Ai Weiwei. L’artiste prend fait et cause pour les familles?dans les d?combres de leurs ?coles mal construites pour cause de corruption des officiels locaux.?Il entre alors en collision avec le pouvoir, et traverse ? un moment, sans le savoir, une ligne jaune dans la tol?rance du Parti communiste.

D’autant que parall?lement, Ai Weiwei d?couvre l’outil Internet?: sollicit? par le portail Sina.com, il ouvre un blog et d?veloppe une pratique ? la fois artistique, activiste, narcissique et provocatrice, qu’il ?tend ensuite sur Twitter ? dont il est l’une des stars chinoises, alors que le r?seau est bloqu? en Chine?!?Le couperet tombera en avril 2011, en pleine psychose des autorit?s chinoises face ? une ?ventuelle contagion des r?volutions de jasmin (le mot ??jasmin?? est bloqu? en Chine sur les moteurs de recherche). Ai Weiwei est arr?t?, d?tenu au secret, interrog? sans m?nagement, avant d’?tre lib?r? trois mois plus tard et accus? de… fraude fiscale.?Le public chinois se mobilise pour aider ? payer l’amende, tout comme de nombreux internautes se?d?nuderont en ligne?lorsque Ai Weiwei est accus? de ??pornographie?? pour une photo d?nud?e…

Le pouvoir chinois est face ? un cas sans pr?c?dent?: un personnage ? la notori?t? internationale consid?rable (il a expos? ? la Tate Modern de Londres, ? la Dokumenta de Kassel en Allemagne, ? New York, aujourd’hui ? Paris…), au capital de sympathie non n?gligeable en Chine via Internet, et qui ne fait rien d’autre que de jouer sur les symboles, la d?rision, l’?motion.?Ai Weiwei documente sa vie et ses combats, transform?s en performance artistique permanente.

???Tremblement de terre au Sichuan, 2008-2010??

Mario Testino : le photographe star

Mario Testino : le photographe star 6 March 2012 par anthony dans Photographie

Mario Testino : le photographe star Madonna, Lana Del Rey, Lady Gaga, Kate Moss, Lady Di…on ne compte plus les c?l?brit?s qui sont pass?es devant l’objectif de Mario Testino. De Vogue ? Burberry, le photographe est tr?s demand? principalement par les marques de luxe et les magazines de mode.

L’Angleterre le s?duit aussit?t, tant elle est diff?rente du pays d?o? il vient : il y emm?nage sans contacts, ni argent et commence ? d?marcher les maisons de couture pour trouver un emploi de photographe. C’est ? ce moment que certaines rencontres vont changer sa vie?

Lorsque Testino apporte les ?preuves du shooting ? Gianni Versace, ce dernier est emball? et lui confie qu’il a rarement vu un photographe qui sache aussi bien mettre les v?tements en valeur. Gianni d?cide alors de faire pr?c?der la s?rie de photos par l’inscription « Versace presents?: Madonna by Testino », ce qui s’apparente ? un v?ritable pl?biscite du couturier italien en faveur de ce jeune photographe. Vogue et Vanity Fair accueillent la campagne de pub dans leurs pages et Testino devient Le photographe avec qui il faut compter.

On lui demande ensuite de photographier Madonna pour Versace et est propuls? comme LE photographe avec qui il faut compter. Il est alors sollicit? par la princesse Diana, ?la s?ance photo sera une r?ussite. Et pour les dix ann?es suivantes, Testino sera consid?r? dans le c?ur des Anglais comme le photographe pr?f?r? de Diana.?Mario Testino est demand? de toutes parts et se constitue un fabuleux carnet d’adresses. Il est tellement influent que les mod?les qu’il choisit de photographier voient leur carri?re exploser. Testino est celui qui a un moment donn? en eut assez du r?gne des top-mod?les qui demandaient des sommes affolantes pour quelques poses, et il d?cida donc de chercher de nouveaux visages.

Mario Testino : le photographe star

S’il figure en guest star au sein de la cr?me des magazines, Mario Testino n’a cependant pas encore r?alis? le coup de ma?tre qui le fera entrer dans l’Histoire. Il va bousculer l’establishment fashion – avec Carine Roitfeld qui ? l’?poque est sa styliste photo – en donnant les armes n?cessaires ? Tom Ford pour faire de Gucci l’?v?nement de l’ann?e. Sous l’objectif de Mario Testino na?t ainsi le Porno Chic, qui fera les beaux jours du cr?ateur texan. Controvers?, adul?, Testino est d?finitivement mis sur orbite?

Au-del? de son savoir-faire et de son talent ind?niable de photographe, Mario Testino a quelque chose en plus qui fait que tous l’adorent?: il incarne la joie de vivre. Ses s?ances photo – quelque en soient le th?me – ne sont r?ussies selon lui que si elles sont ?maill?es de grands ?clats de rire.

Mario Testino : le photographe star

 

? 60 ans, Mario Testino est un artiste reconnu,?qui a expos? dans de nombreuses galeries prestigieuses, qui ne cesse de sauter d’un avion ? l’autre pour shooter telle ou telle campagnes, et qui a redynamis? bon nombre de maisons de couture gr?ce ? son style compl?tement in?dit.

 

p style= »text-align: justify; »>Exposition Doisneau Les Halles ? l'H?tel de Ville de ParisDu 8 f?vrier au 28 avril 2012, la Mairie de Paris pr?sente l?exposition?Doisneau, Paris Les Halles.

Gros coup de c?ur pour cette exposition qui pr?sente 150 tirages originaux de?Robert Doisneau, le plus grand photographe fran?ais d?apr?s-guerre. On y trouve, ici, essentiellement des vintages r?alis?s par le photographe, une s?lection de grands formats couleurs retra?ant le reportage effectu? par Doisneau dans le quartier des Halles de 1933 ? 1979. On le sait peu mais le photographe s?est v?ritablement passionn? pour les Halles de Paris, qu?il a photographi?es sous de nombreux angles, une plong?e passionnante dans le ventre de Paris retrac?e par cette exposition gratuite.

Robert Doisneau prend sa premi?re photo dans le quartier des Halles en 1933. Il restera fid?le au quartier pendant 40 ans, revenant sans cesse visiter ce lieu, prendre son pouls, fixer sur le n?gatif les ?volutions et les nouveaut?s. Dans les ann?es 1960, les Halles sont menac?es, et Robert Doisneau, inquiet et en col?re, entreprend de tout voir, tout vivre, tout photographier.

En entrant dans cette exposition on retrouve un peu des Halles, ? gauche les viandes, ? droite les l?gumes, vous pouvez faire votre march? ! Plus s?rieusement, les visiteurs auront l?opportunit? de red?couvrir leur quartier et leurs villes par la lorgnette d?un grand nostalgique empli de tendresse et d?ironie. Pendant pr?s de 50 ans, Robert Doisneau a immortalis? le portrait de ? petites gens ? de Paris, desquels il se sentait si proche.?Autre point fort de l?expo, on d?couvrir des clich?s rares et diff?rents de l??ternel ? baiser de l?h?tel de ville ??? totalement sur expos? ? notre avis lorsque l?on regarde l?int?gralit? de l??uvre du photographe.

Avec ce t?moignage sobre de l?un des plus grands photographes du 20?me si?cle sur l?un de ses quartiers embl?matiques, la Ville de Paris poursuit son exploration de l?histoire de la capitale et de ses habitants.

Doisneau, Paris les Halles
Du 8 f?vrier au 28 avril 2012
Salon d?accueil- 29, rue de Rivoli ? 75004 Paris
Tous les jours sauf dimanches et f?tes de 10h ? 19h. Dernier acc?s ? 18h30.
Tarif : exposition gratuite

Davide Bellocchio : le photo-peintre ! 5

Davide Bellocchio : le photo-monteur ! 8 February 2012 par anthony dans Photographie

Davide Bellocchio : le photo-peintre !Le photographe italien Davide Bellocchio excelle dans l’art du photo-montage. Ce publicitaire aguerri propose une série de portraits qui révèle tout son talent. Avec une précision graphique digne des grands peintres italiens, Davide Bellocchio oscille entre humour, ironie et provocation. Grâce à un traitement de la lumière et des couleurs inimitables, l’ancien directeur artistique espère séduire bien au-delà de la sphère publicitaire.

Travaillant pour des clients aussi prestigieux que BMW, Grazia ou encore La Fnac le photographe n’est pas quelqu’un que l’on pourrait qualifier de débutant dans le métier. Photographe indépendant après avoir été directeur artistique dans la publicité durant cinq ans, l’artiste connaît aujourd’hui parfaitement les rouages du métier et met son art à contribution de la création de publicités print souvent aussi farfelues qu’humoristiques !

Ce photographe italien est mondialement reconnu et dévoile tout son talent pour la manipulation photographique et le montage dans une sélection de clichés publicitaires à découvrir dans la suite de l’article. Un style affirmé et direct qui plait au grand public.

 Davide Bellocchio : le photo-peintre ! 1
 Davide Bellocchio : le photo-peintre ! 2

Davide Bellocchio : le photo-peintre ! 6

 Davide Bellocchio : le photo-peintre ! 5